Toussaint Médine Shangô - Une poésie planétaire, charnelle, mystique ...
Accueil
Présentation
Quelques poèmes épars
Poèmes parus en revues
Recueils de poèmes épars
Les articles
Les grands poèmes édités
l'Odyssée Immobile
La Trilogie d'Abraham
Homme de Proue
Les anthologies
Les émissions à la radio
Les prix littéraires
Son A.L.A.B.E, Contact

Jumelles

Jumelles, sur l'azur elles fument debout,
Annelées de fournaise noire,
Cernées de rougeoyants remous,
Occultées d'une sombre gloire:
Tout l'humain en stupeur muette se résout.

Sans appel, comme sombrent,
Verticales, deux proues, les hublots embrasés,
S'abandonnent les tours, grondements et décombres:
Leur colossal affaissement o√Ļ g√ģt la cendre inapais√©e
De ceux qui furent, dans leurs cris de chair, des flammes, puis des ombres.

Visages miens des inconnus dont me prive le meurtrier
Fier de nous fulgurer à plaisir sa justice !
Faces baignées d'un infini que le brasier
Evapore: nulle buée ne demeure ici; nul indice
N'affirme leur destin lugubre et singulier.

D'autres - sans oubli mon regard - viennent profiler aux fenêtres
Leur angoisse en surplomb, s'élancent d'un rebord
Ultime: le feu leur flairant déjà l'échiné, ils ont peut-être
Choisi, serrés par l'épouvante, une autre mort...
Sans fin mon souvenir les entend dispara√ģtre.

Un avion dévoyé, plus tard son complice, ajustent l'orgueil
Tranquille et s√Ľr des gratte-ciel qu'ils √©peronnent:
Le monde écoute, blême, interdit, sur le seuil
Du vertige, s'annihiler, dans les spasmes, mille personnes
A même Manhattan, haut lieu de notre deuil...

Nous avons, soucieux du pouvoir mercantile
O√Ļ, meneur d'un Progr√®s fatal, l'Occident se juge majeur,
Négligé l'indigent, l'amer qui, parmi la haine s'exile
Et se déprave à ne rêver que de terreur
Automate, régie par un songe fossile.

Quant √† l'homicide fard√© sous un pur Isl√Ęm, odieux
Au Magnanime détenteur de la vengeance,
II mourra seul, sans bruit, le souffle hoqueteux,
Suffoqué de silence,
La bouche torve, emplie de l'absence de Dieu.

Bon-Encontre
3 janvier 2002

< Quelques poèmes épars

© Toussaint Médine Shangô. Toute reproduction interdite.
Site geré par Pierre Poublan, et créé par Catherine Byrne et Just Fiona.