Toussaint Médine Shangô - Une poésie planétaire, charnelle, mystique ...
Accueil
Présentation
Quelques poèmes épars
Poèmes parus en revues
Recueils de poèmes épars
Les articles
Les grands poèmes édités
l'Odyssée Immobile
La Trilogie d'Abraham
Homme de Proue
Les anthologies
Les émissions à la radio
Les prix littéraires
Son A.L.A.B.E, Contact

Tu sors, un matin

Tu sors, un matin du vieil ao√Ľt,
Dans la brume, fra√ģcheur d'automne :
Un soleil jaune sourd rayonne, enseveli,
D'un amas de nuées : troupeaux, troupeaux d'orages
Qu’un grand souffle harcèle !
Passant d'un horizon
O√Ļ fument des nuages
Au pis marbré d'éclairs,
Tout hérissé d’une pensée impatiente,
Je descends vers une saison
De mélancolie dont s’éloignent
Les oiseaux anxieux,
O√Ļ reviennent d√©j√† les pluies du bout du monde ...
L'été majeur emporte au loin ses ailes pourpres !
Et meurent les midis vertigineux d'or blanc
Sur la mer écarlate !...
Je rangerai ma barque,
Les rames retombées, le crochet à cueillir
Les oursins (√ī chair d'ambre
Ou de nèfle) parmi l'amitié de la mer.
Regarde : soulevant un désordre furieux
De songes comme goélettes,
La houle convulsée
Se divise, écume de l'Etre !
La terre seule est désormais le lot
R√©tr√©ci de l'√Ęme aux tourbillons d‚Äôamertume.
Que m'importe les fruits si, la bouche agrippée
Aux raisins violets, je ne sens plus que filtre
La sève bleue du jour
Aux paupières poreuses,
Et vous, jardins, vos succulents pavois
Si je ne sens sur la basane de l'épaule
L’ample étendard du ciel !
Veuille l'Eté porte-lumière
Que s'en retourne les puissants béliers d'orage vers le nord
Afin que, saluant midi
De la splendeur de ma louange,
Je remette ma joie au sacre de la mer,
Dans l'univers l√Ęch√©s les grands oiseaux du rire !

Extrait de ¬ę Sanctuaires ¬Ľ
Carbinica, 1968

< Quelques poèmes épars

© Toussaint Médine Shangô. Toute reproduction interdite.
Site geré par Pierre Poublan, et créé par Catherine Byrne et Just Fiona.