Toussaint Médine Shangô - Une poésie planétaire, charnelle, mystique ...
Accueil
Présentation
Quelques poèmes épars
Poèmes parus en revues
Recueils de poèmes épars
Les articles
Les grands poèmes édités
l'Odyssée Immobile
La Trilogie d'Abraham
Homme de Proue
Les anthologies
Les émissions à la radio
Les prix littéraires
Son A.L.A.B.E, Contact

Grande Mosquée

Oubli des jours pétris de chair que parfois hante
La sainte nostalgie de se fondre au secret
D'une mosqu√©e d'ombre et fra√ģcheur o√Ļ se parfume
L'√Ęme aux Signes du Livre, en pr√©sence de Lui .

Puissé-je, encor, longer la cour profonde,
Dall√©e de losanges, les f√Ľts
Des arcades chaussés du bleu de leurs zelliges,
Le fr√©mir d'une vasque o√Ļ le front se d√©v√™t
De la poudre du monde,
Puis me hausser vers l'accalmie
Majestueuse o√Ļ se profile un mill√©naire
De nefs et de piliers
Vers le mihrab, rappel de sa Munificence ...

... Je vous évoque au plus obscur de mes yeux clos
Lampes r√©verb√©r√©es o√Ļ vibre l'Immobile ...
Ma veille s'agenouille : un d√īme, o√Ļ ne chatoient
Que les Noms somptueux du Très-Haut, m'oriente .
L'oraison s'humilie
Sous les paupières de nuit vierge
O√Ļ se grave : " Nul Dieu
Si ce n'est Lui", calligraphie de feu ivoire .
Je psalmodie, primordial,
Absent du souvenir aux vestiges frivoles :
" Nul Dieu si ce n'est Moi" .
En un lieu sans lisières
O√Ļ le Vrai - hors l'effroi, le d√©sir - m'amplifie,
O√Ļ la Parole en lettres pourpres
S'infuse aux battements
Précipités du coeur ! ( Tu as,tu as mémoire
De cet empire transparent qui te subjugue, √ī prostern√© !) ...

... Le seuil me restitue aux rumeurs, aux effluves
Des venelles, tandis
Que le visible encor se transfigure
Au diamant de mon regard ...
Toute chose revêt sa face coutumière ...

Je rouvre la spirale impure o√Ļ mes pareils glissent, laiss√©s
Les porches, les trou√©es bleu√Ętres des bains maures :
Elle dispose les témoins
Recueillis, dans leur sombre échoppe,
Sur leur Coran paré de cuir
D'o√Ļ rayonne √† jamais l'Origine vers l'√Ęme
Pérégrinant vers le Retour ; à mon respect elle confie
Les pieux dont le songe est survol des impasses,
Les esclaves d'élite, et qui font resplendir,
Au plus craintif du sanctuaire
Intérieur, ces deux joyaux :
"L'Observateur, le Longanime" ;
Elle déroule avec l'encens et les parfums
Ses placides marchands de cierges, de rosaires,
Ses boutiquiers sur fond de soie et de velours,
Ses menuisiers blonds de sciure - ah ! leur salubre
Senteur de cèdre ! ... Je descends
Au coeur d'un vacarme limpide
Et sourd : ces dinandiers martelant, de concert,
Et soudain disloqués en cadences confuses,
Leur cuivre rouge ... Nulle issue, hors ces bas-fonds
Exhibant les fastes fétides
Des corroyeurs, des teinturiers
Sur leurs chevilles vernissées d'une irrespirable garance :
Seuls, dans l'ogive pure ajourant le rempart
Extrème d'un azur insigne,
Ces ravins d'immondices, lourds
De l'inlassable convoitise des buphages ...

Et voici que je touche √† ce val o√Ļ ciel et lointain
S'illuminent du "Sois !" qui, sans trêve, les fonde,
Sous les cigognes - leur lenteur et leur noblesse - dont les vols
Ont l'envergure des versets quand le Livre surplombe l'√Ęme .

< Quelques poèmes épars

© Toussaint Médine Shangô. Toute reproduction interdite.
Site geré par Pierre Poublan, et créé par Catherine Byrne et Just Fiona.